C'est une histoire et puis c'est tout, C'est pour réveiller les images, C'est un peu une histoire de fous. Pour faire dormir debout les petits enfants sages. Nous sommes en 3640 après Jésus christ, 3070 après Mahomet et presque 4263 après bouddha. Qui sait ce que nous apportera le prochain qui viendra, on ne sait quand… De toute façon, les Dieux nous ont abandonnés. La terre s'est désertifiée. Réchauffement climatique, guerre nucléaire, délire d'extrémiste ? Personne ne se souvient vraiment. Les pauvres cherchaient le bonheur dans la richesse, Et les riches ne l'y ont pas trouvé…Les pauvres !            Tout ce qui faisait la vie : le vin, les fleurs, les arbres... n'est plus qu'un lointain souvenir. Un peuple, que l'on surnomme les In Terra, s'est réfugié dans la vallée d'Olerie dans d'anciens sites troglodytiques, où il survit, coupé du monde extérieur, de l'extraction de la roche, et de travaux harassants pour le compte des seigneurs locaux : les "Caballans".            Ceux là ont àleur tête, "Maelès", sournoise et dominatrice a succédé à son mari le roi Obrick, plus âgé qu'elle et           disparu mystérieusement. Ils ont eu un fils Andréas, qu'elle garde précieusement au près d'elle au château, éloigné du monde extérieur et de ses influences.afin de mieux le manipuler à l'approche de la future gouvernance du territoire qu'elle compte bien partager avec lui. Elle détient toutes les terres et l'unique fontaine d'eau potable, qu'elle distribue parcimonieusement à ses vassaux. Juste de quoi survivre. Parqués dans leur réserve, réduis à l'état de servilité, les Interra travaillent durement pour les Caballans qui les exploitent. Les accès à la connaissance et toute sortie hors d'Olérie sont interdits. Un jour, une famille de nomades : "Les Ternagrais", rejoint la colonie et s'y installe, pleine d'espérance. Sagoro et sa femme Yaraëlle ont décidé de construire leur maison avec la roche extraite et d'y élever dignement leur fille "Déolia", ravissante enfant au caractère bien trempé, un peu garçon manqué même. Ils connaissent bien le pays pour l'avoir parcouru durant des années.            Rapidement, ils déchantent et finissent par subir la dictature des Caballans. la vie s'écoule péniblement sous le joug de Maelès, la colère monte et des voix se font entendre qui poussent à la révolte. Celle de Sagoro surtout, qui parle d'une existence meilleure à l'extérieur de la prison de roche. Les seules armes qu'ils possèdent sont des outils agricoles et des pioches. Les oppresseurs répriment tout acte de rébellion, emprisonnent les agitateurs. Sagoro finit par être arrêté à son tour et enfermé dans les arènes de la ville. Les années passent et Yaraëlle vit désormais seule avec Déolia. Devenue très belle, la jeune femme n'a rien perdu de son tempérament. Comme son père, elle n'hésite pas à braver les interdits des Caballans et s'échappe régulièrement de la vallée pour parcourir les territoires interdits à la recherche des traces du passé. Des réponses à toutes ses questions. Andréas est devenu un bel officier, cavalier dans la garde royale destiné à monter sur le trône. Au cours d'une de ses permissions il surprend Déolia dans l'une de ses nombreuses escapades hors d'Interra. La rencontre est un peu tumultueuse mais très vite la jeune femme tombe sous le charme naïf du jeune homme. Andréas, subjugué par sa beauté et son audace lui propose un autre rendez-vous qu'elle finit par accepter.            Rentré au château, plein d'allégresse, il en parle à sa mère.           Celle-ci fait bonne figure, feignant la joie devant son fils qui n'a connu que les épaisses enceintes du château et du           casernement de la garde royale ignore pratiquement tout du monde qui l’entoure.            Il va le découvrir avec indignation à travers les récits de celle qui fait désormais battre son cœur. Maelès voit d'un mauvais œil sa progéniture s'amouracher de la "roturière", s'émanciper jusqu'à réclamer le droit à la liberté pour les In Terra. Elle décide d'agir contre celle qui est devenue un obstacle à ses ambitions. Elle propose alors à son fils d’offrir à sa bien aimée un flacon de parfum lors de la fete annoncée chez les In Terra. Déolia doit y donner un concert. Préalablement mélangé à un poison mortel celui-ci agit en quelques jours seulement. Placé dans un magnifique coffret celui-ci ne doit être ouvert qu'au dernier moment,  sous peine de perdre tout son arôme. Le jeune homme surpris de cette attention ne se méfie pas du piège tendu par sa mère.           Le jour des réjouissances est arrivé. Déolia est au comande et rythme la soirée.           Tous les In terra sont présents dansent, chantent, s‘amusent comptant ainsi braver les interdits des tyrans et leurs montrer            que leur détermination est loin d’ être entammée malgré l’oppression dont ils sont les victimes.           Andréas a décidé de lui faire une surprise en s’invitant à l’événement.           A la fin du concert il se dirige vers Déolia et lui tend le cadeau qu’il a prévu de lui offrir.           Suprise et heureuse de sa présence, elle découvre alors le coffret qu’il lui tend.            Folle de joie elle ouvre le présent et découvre le flacon de parfum. Elle s’en asperge.           Le piège fonctionne imédiatement, la belle tombe immédiatement à terre dans un état de semi-conscience.           Andréas comprend qu'il vient de se faire duper par sa mère.           Dévasté par le drame qui se joue il reste prostré auprès de sa bien aimée dont l'état empire d'heure en heure malgré les           efforts déployés par l’assistance regroupée autour du corps inanimé de la pauvre Déolia.        Un vieil Hermite, sorte de moine ayant fait vœux de mutisme total s'approche alors. On ne distingue pas ses traits sous sa tunique. Il a rejoint la communauté de nombreuses années auparavant et vit à l'écart, passant ses journées à méditer et à les observer dans leur besogne. Il se rapproche de la foule regroupée autour de la jeune mourrante. Son charisme et le timbre captivant de sa voix d'outre tombe, font se retourner l'assistance, surprise de l'entendre pour la première fois, et qui l'écoute à présent dans un profond silence de cathédrale. Il leur compte une invraisemblable histoire : « Il y bien longtemps, réfugié au fond d'une grotte immense, seul, perdu, grièvement blessé, des apparitions l'avaient conduit jusqu'à d'anciens sarcophages.  L'un d'eux renfermait une rose magnifique et miraculeuse dont la vertu médicinale des pétales l'avait guéri ». Andréas part immédiatement à la recherche de ce lieu dont Le moine lui à indiqué l'entrée, d'après ses lointains souvenirs.            Il n'a qu'une simple torche et bientôt sur les parois claires de l'antre apparaissent des représentations d'êtres et d'édifices            du passé. Il reconnait les ruines où ils s'étaient donné rendez-vous tant de fois avec Déolia.            Les images semblent lui indiquer un chemin qu’il suit. Elles lui montrent une vérité cachée par sa mère : l'histoire, la vie de ses ancêtres et les durs et longs combats livrés par les hommes dans leur quête de la liberté.            Il arrive dans une salle immense qui s'illumine de mille feux et découvre de vieilles sépultures qu'il ouvre une à une et            au fond de l'une d'elles il découvre une rose de toute beauté. Le vieil homme disait donc vrai.            C'est elle ! Cette fleur majestueuse dont il a parlé. Il ôte délicatement la corolle et la replace à l'intérieur du tombeau,            avant de retourner à vive allure au chevet de sa belle, priant Dieu d'arriver à temps… A son retour, aussitôt l' hermite prépare la tisane et la verse, dans la bouche de Déolia qui revient intantanément à la vie. Les larmes de joie et les sourires reviennent mais… C'est désormais le temps de la vengeance !            Andréas rassemble les citoyens et les pousse à l'insurrection. C'est le digne héritier de son père le bon roi Obrick.            Les In Terra ont un nouveau leader qu'ils sont prêts à suivre. Le vieil homme se joint à eux. Ils se rendent à la prison pour libérer Sagoro que Maelès menace de faire exécuter si la révolte continue. Puis ils se dirigent vers le château. Le vieil hermite se joint à eux. La garde fait face et Maelès défie les insurgés d'un ton rageur. La situation est bloquée et le combat semble inévitable quand soudain, au milieu des revendications scandées par les manifestants, "le moine" sort des rangs, se dresse face aux soldats et découvre sa capuche. On découvre enfin son visage. C'est Obrick que l'on croyait mort. Il raconte alors son histoire. Maelès lui avait tendu une embuscade sur le chemin qu’il prenait régulièrement pour rendre visite à son peuple. Assommé par la chute, il avait reconnu dans son subconscient la voix de son épouse s'adressant à son complice. Agonisant il s'était ensuite caché à l'intérieur de la cavité. C'est ensuite qu'il avait découvert la rose salvatrice. Les gardes de la reine abdiquent et se rangent aux côtés de leur chef reconnu. Des acclamations retentissent alors : "Vive le roi !" et le peuple se prosterne devant lui.           Maelès tente de s'enfuir mais elle est rattrapée et jetée, à son tour, dans les geôles des arènes. Le calme revenu, le roi, qui a vécu parmi ceux qui sont devenus de sa famille, affranchit toute la communauté et abandonne titres et privilèges. Devenus enfin libres et égaux il reste à Andréas et Déolia à vivre pleinement leur passion amoureuse et aux femmes et aux hommes à reconstruire une vie nouvelle. Mais c'est une autre histoire...
L' HISTOIRE

In Terra - de Roche et de Roses

ARKADA Promotion           8 Place de la Justice de Paix           49700 Doué la Fontaine 05 49 96 28 58 06 20 46 78 37 interra-spectacle@orange.fr www.interra-spectacle.com
« IN TERRA - de Roche et de Roses »    Auteur : Arnaud Guille
Photo : Marcel Druart